La PQR twitte-t-elle ?

On se pose parfois des questions saugrenues, surtout tard le soir. Alors que je cherchais à identifier, voire suivre, des comptes twitters liés aux actualités rugby – Ah l’amour du ballon ovale 🙂 – je me suis retrouvé sur le twitter de la Dépêche du Midi, cet excellent journal régional qui fait la fierté de la région toulousaine par la pertinence et l’acuité de ses analyses… j’en fais peut-être un peu trop là, non?

Et la question s’est alors posée : tiens, est-ce que la PQR utilise twitter ?

A la lecture du profil twitter de la Dépêche, et sa soixantaine de followers, je me suis dit que c’était relativement faible.

Un sentiment confirmé en quelques clics sur le moteur de recherche quasi-incontournable, quand j’ai trouvé le billet de Sébastien Bailly, journaliste à Paris Normandie, venait de se poser la même question que moi et avait déjà recensé les principaux comptes twitters de supports régionaux – Lire ICI.

Si l’on se fie à son analyse, Paris Normandie a été le premier titre de la PQR à utiliser Twitter, en ouvrant son compte le 1er décembre 2008.

Et dans l’ensemble, l’audience reste encore faible : La Voix du Nord, avec 633 followers au 3 juillet (vs 537 au 18 juin) est le titre qui a la plus forte « audience ». Le Dauphiné avec plus de 14000 tweets diffuse beaucoup (trop?) d’infos, « un usage avec publication massive et automatisée de nouvelles » dixit le journaliste. En fait, le compte twitter joue le rôle de flux RSS.

Ces résultats sont-ils surprenants ? Franchement, non. La presse régionale, ce n’est pas un affront de ma part, partage son contenu entre quelques sujets nationaux et surtout de larges rubriques locales consacrées à la nécrologies de nos amis canins ou la fête des séniors de la maison de retraite sainte thérèse de l’immaculé (dans les coins). Autant dire des sujets peu sexy à twitter.

Et Twitter, dont tout le monde parle en saluant sa croissance exponentielle, est encore pour l’instant un phénomène hyper médiatique, très élitiste, pour ne pas dire parisianiste, derrière lequel se cache une réalité contrastée : ainsi, un article de mashable explique que 55 % des personnes ayant un compte sur twitter n’ont jamais tweeté. Un pourcentage équivalent à celui des comptes qui ne suivent aucun autre utilisateur. De son côté, Ecrans pointe du doigt quelques chiffres tirés d’étude, comme le désabonnement massif (60%) des utilisateurs le mois suivant leur inscription, ou encore le fait que 10% des comptes twitter sont responsables de 86% de l’activité.Si les français découvrent twitter, ils ne savent pas comment l’utiliser. Du coup, certains montrent même que les français n’aiment pas twitter.

Ainsi, Le Figaro est contraint de faire un billet expliquant « ce qu’ils font avec twitter« . Même s’il ne s’agit pas d’un titre de la PQR, ce genre de billet prouve que nous sommes dans une phase d’éducation du marché vis à vis de twitter. Après tout, comme disait Narvic – via twitter forcément – il n’y a en France que 126 000 utilisateurs, principalement des journalistes qui parlent à des journalistes : loin d’être un phénomène, ne s’agit-il pas pour l’instant d’une bulle ?

Avec humour, je dirai même qu’il est encore difficile d’expliquer comment fonctionne et à quoi peut bien servir twitter à nos amis provinciaux, dont le rythme de vie moins contraignant qu’à Paris, permet d’écouter la radio, de regarder le JT de 20h et de lire le journal, voir même – si, si, je vous assure – de parler avec ses voisins.

Au final, je pense que l’arrivée de la PQR sur twitter est sans doute inévitable. Mais de là à suivre sur son fil twitter l’annonce des articles d’un quotidien local, sans autre forme d’interaction, ne me semble pas un pari gagné d’avance.

Peut-être un pari gagnant…Mais à bien long terme alors.

Publicités

6 commentaires

  1. « Mais de là à suivre sur son fil twitter l’annonce des articles d’un quotidien local, sans autre forme d’interaction, ne me semble pas un pari gagné d’avance. »
    C’est pourtant ce qui se passe avec Paris-Normandie et la petite communauté rouennaise de twitterers, il y a même de l’interaction, j’ai des noms, dont le mien. Il est vrai que Sébastien Bailly est derrière l’écran et qu’il est doué pour ça.

    • Merci pour votre commentaire. Vous me mettez l’eau à la bouche : quel genre de réaction ? d’interaction?
      Je suis le fil twitter de la Depeche du MIdi et n’ai eu aucune envie/opportunité de réagir. Je n’ai pas non plus vue de réaction. Paris Normandie serait-il une exception ? (qui confirme la règle)

  2. on reprend l’info qui nous intéresse, ou qui nous énerve, on la commente…. Un exemple ce matin, PN annonce une commémoration à la noix pour MJ ce soir à Rouen, MôsieurJ reprend l’info, s’interroge sur certains sponsors, je lui réponds. précision : une récente twittparty locale nous a permis de nous découvrir, quels que soient nos réseaux de base (webmestres, communicants, bibliothécaires, blogueurs, politiques…)

    • Merci à nouveau pour ces précisions. Je reste pour l’instant encore un peu circonspect sur l’interaction possible entre le journal lui-même et les twitterers locaux. Mais votre exemple me prouve qu’elle existe.

      J’ai lu avec plaisir votre blog, et l’article en particulier sur la twitter-party sur Rouen. Le virtuel, c’est bien, mais rien ne vaut une rencontre IRL, pas vrai ? 🙂

      Savez-vous comment le compte twitter est géré chez PN ? Est-ce que la mission est confiée à une seule personne (Sébastien?) ? ou s’agit-il d’un travail collaboratif ? Y’a-t-il un cadre défini de sujet à aborder / ne pas aborder ? Est-ce que le compte répond ? est-ce qu’il retwitte (je n’ai rien vu de ce genre) ?

  3. si si elle twitte la PQR, et elle aime ça, enfin dans mon cas 😉 je gère le compte du Berry.fr, en essayant d’en faire autre chose qu’un fil RSS :
    http://owni.fr/2009/10/26/les-cousins-de-province-twittent-aussi/

    la cage se remplit doucement, je suis en train de monter la première twitt Berry party pour « évangéliser »

    • Merci beaucoup pour le commentaire. J’ai pu voir effectivement après cet article que twitter prenait de l’ampleur dans la PQR. Et il n’y avait aucune raison que cela ne soit pas le cas!


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s