Aéroport : portes ouvertes pour les virus ?

Le virus dont je parle, est-il besoin de le préciser, c’est le H1N1.Et pour rentrer en France, il n’a qu’à débarquer à Roissy. Au regard des mesures prises dans quelques pays du sud-est asiatique dont je reviens, ce qui choque en arrivant en France, c’est l’absence de mesure à l’aéroport.

Que ce soit à Hong Kong, à Kuala Lumpur en Malaisie ou à Denpasar à Bali, les mesures sont plus importantes, plus concrètes et surtout plus visibles qu’en France.

Le virus H1N1 n’est quand même pas comme le nuage de Tchernobyl : il ne va pas s’arrêter aux frontières.

Le 30 juillet dernier, le ministère de la santé prenait pourtant de nouvelles mesures concernant les obligations des aéroports – lire ici – sans pour autant que celles-ci ne soient vraiment drastiques : nommer un coordinateur, mettre en place pour les passagers l’information relative aux précautions d’hygiène, diffuser des informations pendant le vol et orienter ceux ayant des symptômes dés la sortie de l’avion…

A titre de comparaison, dans les trois pays cités précédemment, j’ai eu droit à des contrôles bien plus avancés, avec en particulier des caméras thermiques au moment de franchir la douane, ainsi que l’obligation de remplir un formulaire – certes purement administratif –  sur mes derniers déplacements et mon état de santé. Ajoutez à cela un personnel largement équipé de masques – surprenant au début, mais finalement on s’habitue vite – et vous comprendrez pourquoi j’avoue avoir été plutôt rassuré par ses démarches, preuves selon moi d’une certaine prise de conscience.

A mon retour sur Paris : rien. Pas le moindre portique, ni le moindre formulaire. A peine quelques annonces et de vagues affichages dans l’aérogare.

Certes, je ne savais pas à l’époque que la fiabilité des caméras thermique était largement remise en cause par les scientifiques – lire ici et .

Mais cette absence de mesures m’interpelle néanmoins et je me demande quelles précautions pourraient (devraient?) être prises au niveau d’un aéroport. Après quelques minutes de recherches sur internet, j’avoue ne pas avoir trouvé d’éléments de réponses (si vous avez des infos, je suis preneur). A moins d’interdire aux plus jeunes et aux plus vieux de rentrer en France, comme le font l’Egypte et de nombreux pays du Proche-Orient, qui interdisent cette année aux personnes de moins de 12 ans et de plus de 65 ans de se rendre à La Mecque.

Tout ce que j’ai trouvé, ce sont des articles de fond sur la question de la continuité de l’activité en cas de grippe durant les 8 à 12 semaines de la possible pandemie et les solutions envisagées. Même les services publics se sont organisés pour anticiper ce risque.

A défaut de pouvoir l’empêcher d’entrer en France, il semble donc qu’il faille se préparer à l’idée de devoir vivre – voire travailler – avec ce virus.

Publicités

7 commentaires

  1. Et si lors d’un contrôle à la camera thermique à Kuala Lumpur, on te « détecte » un truc « pas normal » et que les autorités te retiennent (contre ton gré) en quarantaine dans un hôpital « local bien sur » ?
    N’aurais-tu pas pensé qu’ils en font un peu trop ?
    Aurais-tu eu la patience de te poser cette question dans ce cas ?

    Je pense que tout le monde en fait un plat de cette histoire, et que cela fait surtout marcher les labos (fournisseurs de vaccin) et les fabriquants de masques, gel pour les mains etc…
    On nous apprend même à mettre notre main devant la bouche lorsque l’on éternue. Alors que lors des JO de Pekin, on se moquait des autorités Chinoise qui passaient des spots de pub à leur population afin qu’ils arrêtent de cracher par terre…

    Et puis pendant ce temps là, on ne parle pas d’autre chose…

    • Je ne fais que poser des questions.
      Comme tu l’as lu dans l’article , la fiabilité des caméras est remise en cause. Mais si elles avaient « détecté » quelque chose, j’aurai accepté de respecter les règles en place.

      Maintenant, le « principe de précaution » surtout quand on sait que la grippe A va toucher 30 à 50% de la population française.
      Penses-tu vraiment qu’on en fait tout un plat si demain 50% du personnel Air France, SNCF et des banques est arrêté pendant 2 semaines , paralysant d’autant l’économie ?
      Penses-tu vraiment que nos entreprises, grandes ou petites, peuvent se permettre de supporter une chute de leur CA, car en manque d’effectif, elles ne pourront plus produire ?
      Est-ce en faire trop sur un virus qui a tué déja 3000 personnes dans le monde (ok, c’est rien face au Sida, je sais…)
      C’est le rôle de nos institutions que de prendre les mesures nécessaires.

      Retournons d’ailleurs ta question : imagine que ton amie ou ta mère se retrouve contaminée par une personne venue du Mexique ou d’ailleurs, et rentrée en France sans le moindre contrôle. Ne seras-tu pas le premier à regretter l’absence de mesures ?

      Et si on parle d’autre chose : taxe carbone, élection au PS, au Gabon, Hortefeux, etc 😀

      • Ok, alors 3000 personnes sur plus de 6 Milliards… Ratio somme toute ridicule. La grippe saisonnière, bien de chez nous qui vient chaque année à la même période fait combien de victimes en France ? Devine un peu : bah environ 5000 morts par an sur une population de 60 Millions de personnes, le ratio n’est sans aucune mesure avec le premier ! Calcul le coût de ce tapage médiatique, des mesures (plus ou moins) de préventions, du prix du soit disant vaccin (Renseigne toi de savoir de où il vient et de la façon dont il a été élaboré. Perso je ne me ferai pas vacciner) et avec la somme, devine le boulot que l’on pourrait faire en Afrique sur le SIDA ?
        A comparer à la soi disante crise économique en cas de pandémie, je préfère encore choper une bonne vielle grippe et sauver réellement des personnes qui en on BESOIN eux. Mais ça, non surtout pas, il faut écouter le dieu « Journaliste » qui nous crache à longueur de temps ce qu’il a bien envie de dire et de faire croire…
        Ils sont tellement bien les « Journalistes »….

      • Chiffre 2007 France (ceux de 2008 n’ont pas été dévoilés) La grippe saisonnière touche 2 à 7 millions de personnes en France chaque hiver, entraînant, selon les
        estimations, un décès pour 1 000 personnes infectées (soit environ 2 000 décès l’année dernière donc). (Source GEIG / http://www.grippe-geig.com/fr/presse/)
        Pour le reste de ta remarque : le calcul du cout sur la « grippe bien de chez nous » comme tu dis, il est estimé à 100 millions en 2005-2006 en France.
        http://www.grippe-geig.com/fr/grippe/impact.php

        Effectivement, pour l’instant, rien ne permet de déterminer précisément quelle sera l’évolution du virus, s’il sera plus violent qu’une grippe saisonnière, s’il mutera pour résister au vaccin…
        Maintenant, que proposes-tu : arrêter de soigner la grippe et consacrer l’argent à autre chose ? A quoi ? Combien ? Qui finance ?

  2. Pour le Coût, je parle de la grippe H1N1 qui doit étre plus proche des Milliards que des Millions.
    Je ne propose pas de tout stopper, je propose de RELATIVISE, combien de mort à ce jour en France ?
    Qui à quelqu’un de touché dans sont entourage ? (Véritable cas et non mise en quarantaine par « précaution »)
    Mêm de tres grand chercheurs Français sont clair :

    Pour Bernard Debré, la grippe A est une « grippette »

    selon LE MONDE 26.07.09

    Le professeur de médecine et député UMP Bernard Debré affirme que la grippe A (H1N1) « n’est pas dangereuse » et que la mobilisation contre la pandémie « ne sert qu’à nous faire peur », dans une interview, parue dimanche 26 juillet dans le Journal du Dimanche.

    « Cette grippe n’est pas dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie ! », déclare M. Debré. « Tout ce que nous faisons ne sert qu’à nous faire peur », ajoute-t-il. « Oui, cette grippe fuse très vite. Et après ? Un malade en contamine deux ou trois, contre un pour une grippe classique. Mais cela reste une ’grippette’, ce n’est ni Ebola, ni Marburg », souligne-t-il. Selon Bernard Debré, « sans le dire, les pouvoirs publics ont déjà commencé à réduire la voilure. Les malades, dont on ne vérifie d’ailleurs plus s’ils ont attrapé le H1N1 ou un simple rhume de cerveau, sont désormais invités à prendre du paracétamol », relève-t-il.

    « SURMÉDIATISATION POLITIQUE »

    Selon lui, les gouvernements « n’avaient pas vraiment d’autre choix que de suivre », après que l’organisation mondiale de la santé (OMS) eut, « de façon un peu rapide, commencé à gesticuler, avec des communiqués quotidiens et des conférences de presse à répétition ». Mais il leur « reproche d’avoir ensuite succombé à une surmédiatisation politique de cet événement. » « Il y a 800 cas répertoriés en France. C’est une plaisanterie ! Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées ? »,ironise-t-il. « On aurait dû annoncer clairement la couleur : nous sommes dans le cadre d’un exercice grandeur nature. Point à la ligne. Il est inutile d’affoler les populations sauf à vouloir leur marteler, à des fins politiques, le message suivant : bonnes gens dormez sans crainte, nous veillons sur vous », déclare encore le M. Debré qui précise qu’il « n’accuse pas » la ministre de la santé Roselyne Bachelot. Il estime qu’en France « les vaccins ne seront pas prêts avant le 15 novembre », c’est-à-dire « lorsque le premier pic de contamination sera passé ». « Bien sûr, ce virus peut muter et devenir virulent. Pour l’instant ce n’est pas l’avis exprimé par la majorité des virologues… Admettons que le pire se produise. Est-on certain que les vaccins commandés seront efficaces ? Non », tranche M. Debré, qui qualifie d’ »erreur économique » la commande française ferme de 100 millions de vaccins. « Il fallait laisser les laboratoires développer leurs produits et ensuite acheter en fonction de nos besoins », explique-t-il. « Ce qui me paraît plus grave, conclut le médecin, c’est que l’on a réquisitionné des lits d’hôpital et des ambulances pour rien, faisant perdre des chances et du temps à d’autres malades. »
    NB : A bon entendeur : Admettons que le vaccin trop rapidement produit et superficiellement testé – par qui d’ailleurs ? – provoque par son application massive des maladies et allergies en masse…….Ce sera une affaire encore plus juteuse pour les cinq grands laboratoires pharmaceutiques qui dominent la marché planétaire

  3. Bis repetita, Il ne faut pas confondre le principe de précaution et le principe de sécurité. Dans le premier cas la grippe H1N1, dans le second le danger est avéré: le volcan est bien en éruption. Naturellement les experts de tout poil s’en donnent à coeur joie, comme à l’habitude dans ce genre d’affaires, on compare le danger potentiel au coût économique qu’il provoque. La grippe, à postériori, compte tenu du coût de la prévoyance le nombre de morts n’a pas été assez important, alors faudra-t-il la chute de quelques avions pour justifier les précautions prises par nos gouvernants et faire taire les dits experts?

    • C’est tout le coeur du débat, et tout dépend du point de vue que vous adoptez. Je préfère trop de prudence, surtout sur un sujet mettant la vie d’être humains en jeu, plutôt que dire « oui » trop facilement, céder à la pression et regretter ensuite…
      Mes parents ont été bloqués en Asie 4 jours de plus que prévu… mais j’aime autant ça que de les savoir dans un avion qui risque de croiser un nuage de cendres
      Merci pour votre commentaire et votre venue sur mon blog.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s