Quelques réflexions autour des mères porteuses

J’ai eu le bonheur de rencontrer un médecin particulièrement passionnant – Richard Leandri – lors d’un débat autour des mères porteuses. De nombreuses idées ont fusé lors de ce repas et j’ai essayé d’en noter les principales pour les partager avec vous sur mon blog.

Certaines dépassent le cadre de mes très humbles connaissances scientifiques, et risquent donc de frustrer les plus curieux d’entre vous. Mais elles ont le mérite de nous faire poser pas mal de questions.

Retour sur un sujet aussi passionnant qu’inattendu pour moi.

Alors qu’il y a 50 ans, on parlait de planing familial, et que la loi Weil (décembre 74) permettait de reconnaître le droit des femmes à choisir comment, quand et avec qui elles voulaient avoir des enfants, voici que 35 ans plus tard, nous sommes confrontés à une interrogation bien différente, celle de l’incapacité des femmes à être enceinte.

Jusqu’à ces dernières années, cette incapacité ne retint pas vraiment l’attention… malgré la baisse progressive de la fécondité du fait même du retard pris par les femmes pour la première grossesse. La liste des raisons pouvant engendrer la difficulté ou l’incapacité de porter un enfant est multiple. Les chiffres statistiques révèlent que la stérilité, si elle est redéfinie simplement comme une difficulté très importante ou une quasi impossibilité pour une femme d’être naturellement mère, concernent quelques % des femmes

L’Assistance Médicale à la Procréation concerne 50 enfants pour mille naissances, soit 0,5% (30000 AMP en France). A court terme, ce chiffre pourrait passer à 2% pour les fécondations in-vitro, 10% pour les procréations assistées.Et dans les meilleurs centres, le taux de succès atteint 20 à 30% seulement.

A cette difficulté toute féminine s’ajoute le constat alarmant de la diminution extrêmement rapide du nombre de spermatozoïdes par éjaculation masculine depuis plus de trente ans. Le nombre est  passé de cent quatre-vingt millions pour trois ml à une moyenne oscillant entre trente et quarante millions chez les adolescents actuels, du fait de la pollution environnementale… soit une chute libre de plus de 70 % !

Etre mère porteuse

Donner naissance, c’est 270 jours de travail, 100.000 milliards de cellules et plus de 350.000 Kcal de dépenses énergétiques consacrées au foetus.

Une mère porteuse est donc

– une femme chanceuse d’être enceinte, prête à accepter un « dépôt étranger » (un oeuf fécondé). Et même le placenta dépend des cellules embryonnaires et non de la mère porteuse

– une femme qui accepte des stimulations hormonales … et ses effets secondaires

Elément essentiel à retenir toutefois : la gestation pour autrui se fait normalement sans qu’il n’y ait de lien génétique réel  entre l’œuf fécondé implanté et l’utérus receveur. Et il faut une très grande compatibilité entre la mère porteuse et les parents, ce qui n’est pas sans contrainte (compatibilité au niveau sanguin / du rhésus en particulier, le placenta importé échangeant avec le sang de la mère porteuse, si j’ai bien tout compris)

Les questions que cela engendre

J’ai retenu plusieurs questions lors de cet échange particulièrement riche

  • Le problème juridique

– Forcément c’est d’abord un souci juridique. La France, dont le parlement est majoritairement masculin, traite des sujets relatifs aux femmes. Admettons. Sont-ils mieux placer pour juger…à voir.

– Comment, alors que nous légiférons sur le droit d’interrompre la vie (IVG), refuser le débat sur le droit de donner la vie ?

– Or, la gestion pour autrui est interdite en France depuis 1994. (L’article 16-7 du code civil stipule depuis 1994 que « Toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle »). Et de surcroit, l’Académie de médecine a également un avis négatif sur le sujet de la gestation pour autrui. La France est particulièrement conservatrice sur le sujet.

  • Le problème de société

– Gestion de confort : pour éviter la déformation du corps, une femme peut avoir envie d’un enfant sans les contraintes de le porter

– Comment refuser l’idée de solidarité, l’acte d’amour, entre une femme qui propose son ventre, sa matrice, à un couple dans l’incapacité totale d’avoir des enfants? Ne rejoint-on pas le débat du don d’organe ici ? Comment refuser le droit de se faire aider, quand on accepte l’aide sur le don de sperme ?

– Le risque de commerce, forcément existe. L’argent achète tout. L’histoire nous montre peu de préoccupations sur ce point : Napoléon dira « j’épouse un ventre » en parlant de Marie-Louise (Joséphine ne pouvant plus lui donner d’enfants). Les stars aujourd’hui adoptent déjà si rapidement. Et dans les pays les plus pauvres, les femmes vendent les enfants. En cette période de crise, le risque de faire commerce de son corps (et non, je ne parle pas de prostitution) existe.

  • Le médical

Une série de grossesse expose une femme aux risques inhérents aux traitements. Il serait prudent de limiter le nombre de grossesses pour ne pas en faire un « métier à risque »

De plus, la différence de législation européenne soulève aussi de nombreuses questions. Les apprentis sorciers qui font porter la vie à des femmes de 60 ans en Italie peuvent faire craindre le pire sur les dérives.

De nombreux autres aspects ont été évoqués, en particulier l’impact de la pilule sur l’avenir de l’homme. Mais je serai incapable d’être aussi brillant que lui sur le sujet. Je vous invité néanmoins à lire ICI et LA sur le sujet. Pour lui, aucun doute sur l’impact de la pilule sur la fertilité masculine… mais aussi féminine.

Si comme le disait le professeur hier soir, en citant Aragon, « la femme est l’avenir de l’Homme »,
il faudrait faire en sorte que l’Homme ait un avenir !

Plus d’informations sur la Gestation Pour Autrui sur le site de C.L.A.R.A

Publicités

2 commentaires

  1. J’ai trouvé l’article très intéressant mais malheureusement le lien vers l’association CLARA ne marche pas. Pouvez-vous corriger ce problème ?

    • Bonjour et merci pour votre vigilance. Le lien a été corrigé.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s