J’ai tenté de suivre Sarko sur twitter #p2f

Ce lundi soir, notre président de la république s’exprimait sur TF1 face à JP Pernaut et un panel de français. Enfin, je suppose, car je n’ai pas allumé la télé. J’ai tenté de suivre le débat par twitter interposé. Tout le monde ayant rapidement adopté le hashtag #p2f, il n’y avait plus qu’à rafraichir la page twittersearch pour se faire une idée…

Quelques réflexions à chaud

– C’est quasiment impossible de suivre un débat de la sorte via un hashtag : entre 30 et 50 tweets toutes les 10 secondes, mieux vaut savoir lire en accéléré.

– Beaucoup de parti-pris, peu de tweest pro-sarkozy, et cette question qui m’inquiète : l’émission était-elle mauvaise, ou les twitterers sont-ils tous anti-sarkozy ?

– Le sujet intéresse les français sur twitter, puisque 5 des 10 principaux topics du jour sont autour de Sarkozy selon twirus. Toujours selon Twirus, à 23h30, les 5 mots les plus populaires sont relatifs à Sarkozy. #p2f arrive largement en tête.

– Le ton est relativement négatif : beaucoup de critiques tant sur le président lui-même, sur sa prestation, sur le format de l’émission. Parmi celles qui ont retenu mon attention :

=> AxouNet s’enerve quand il appelle les gens par leurs prénoms, LaurentCab aussi… Eni_Kao , plus posé, y voit un moyen de créer de la proximité, par opposition aux journalistes qu’il appelle par leurs noms. Mais comme le souligne Panoptique avec humour au sujet d’un des membres du panel « Il s’appelle Rex, il est dans la sécurité! Un pure casting! #p2f » . Ca ne s’invente pas. Et Rex va d’ailleurs apparaître dans plusieurs tweets.

=> On critique d’ailleurs le cliché du noir choisi par TF1 pour parler des banlieues.

=> En plein milieu du programme, Claude Barbier trouve que l’émission s’essouffle.

=> Chez dddaavviiddd, on se dit qu’au moins chez Taddei, les invités picolent. Et au final, on va être privé de Soeur Thérèse.com quand Obama respecte Lost. Un sujet grave, vous en conviendrez. En fin de soirée, nnwk se dit que si la menace fantôme est sur M6, la menace réelle est sur TF1. Ambiance, ambiance.

– Les politiques ont naturellement commenté via twitter la prestation de Sarkozy. Mais ceux-ci sont rapidement rappelés à l’ordre et priés de tagger leurs tweets par @GuAM_fr. Benoit Hamon refusant toutefois d’entrer dans le débat, on finit par se demander si ce n’est pas le syndrôme Peillon qui joue.

Les idées évoqués lors du débat et les intervenants

Après avoir épluché plusieurs pages de twittersearch sur le hashtag #p2f, je vois ressortir principalement les thèmes suivants. Je ne sais pas dire s’ils sont représentatifs de l’émission, mais ce sont manifestement ceux qui ont généré le plus d’activité.

– le CV anonyme évoqué au début du débat apparait comme une fausse bonne idée pour Claude Barbier ou Lunack, en raison de l’entretien individuel souvent fatal. Certes, mais au moins le candidat pourrait arriver à l’entretien, ce qui n’est pas toujours le cas serai-je tenté de dire. Christophepayet propose d’imposer la burqa lors des entretiens d’embauche. Et bien entendu le sujet provoque quelques rappels sur l’affaire Jean Sarkozy ici et .

– « Moi je déteste les injustices » aura été aussi une des phrases marquantes, et n’aura pas manqué de générer quelques piques et rappels à Jean Sarkozy qui a failli diriger l’EPAD. La twittosphère se gausse

– « Une nation c’est comme une famille » : autre phrase clé de la soirée. Entre @ClemRIP qui ne veut pas de Sarko comme Papa sauf peut-être pour les Rolex, et LouisCalvero qui se demande « qui a envie d’être le frère d’Eric Besson », la phrase marque.

– Après Rex, qui a suscité beaucoup de réaction, Bernadette en prend aussi un peu pour son grade. Elle n’articule pas, on comprend rien, même Sarkozy, qui pourtant va quand même lui répondre . Et surtout, celui-ci demande le nom de son employeur, quand elle dit que la grande surface pour laquelle elle travaille ne veut pas payer ses heures supp. A mon avis, demain elle est attendue dans le bureau du patron ou virée s’amusent les internautes sur twitter. Sarkozy insiste sur le sujet ce qui finit même par créer un léger malaise.

– Les auto-entrepreneurs : Elodie a l’air charmante, et le président la draguerait presque. Sinon, sur le sujet, on aurait pu croire qu’auto-entrepreneur s’est bien, puisque comme le rappelle Lunack « 3 clics sur internet et hop magie « une entreprise ». Et d’ailleurs, le nouvel obs cite Sarko : « on a voulu dire, tentez l’aventure ». Pourtant peu de tweets intéressants sur le sujet au final. Heureusement Eni_kao apporte du contenu en se demandant combien des 320000 auto-entrepreneurs facturent et en vivent et complète peu après « auto-entrepreneurs : sur 263 400, moins de 20% avaient encaissé un CA fin octobre 2009. http://bit.ly/8GAVQH . »

Emile Josselin rappele rapidement qu’Elodie apparaissait en photo avec Fillon (via @cedricgarrofe). Sans doute le tweet le plus retweeté de la soirée. On apprendra un peu plus tard dans la soirée qu’Elodie avait déjà été invité par Matignon pour témoigner de son parcours.

– « J’ai un bail de 5 ans » a également fait réagir : entre ceux comme osloohara qui rappelent que c’est un mandat, car la France n’est pas un appartement, et David L de PC inpact qui se renseigne sur la procédure d’expulsion, ce mot fait réagir.

Avec un peu de recul, l’idiot_duvillage se demande si Sarko n’a pas réponse à tout, sauf aux questions posées. Un tweet repris par un compte du Parti_socialist et un groupe ségoleniste – même cette petite phrase là, les socialistes ne l’ont pas eu en premier – et beaucoup d’autres.

En fin de soirée sur Twitter, on connait déjà les titres des journaux  de demain : Libé titrerait « Sarkozy n’est pas tombé dans le panel » et le Figaro parlerait d’un « nouveau Sarkozy ». A vérifier demain matin.

Que retenir de cette expérience ?

L’analyse à chaud n’offre pas un grand recul et mériterait certainement d’être approfondie. Je vois toutefois 3 points intéressants à retenir de cet exercice :

  • On a l’impression, comme l’a dit Sébastien Ravut, d’être une bande de pote devant la télé. C’est un sentiment étrange je trouve. Si d’un côté, je rejoins l’idée que ceux qui ont tweeté toute la soirée ont partagé leurs avis, humeurs et autres réactions sur twitter comme on le ferait entre copains devant la télé, on peut se demander pourquoi le faire ainsi, sans savoir à qui l’on s’adresse vraiment, sans attendre de retour non plus pour confronter ses idées. On sent bien le besoin de parler de ce que l’on voit et ce ce que l’on entend, de s’exprimer, mais il ne s’agit pas au final d’une conversation réelle. Très peu de tweets ont en effet généré des réponses. Et j’irai même plus loin en disant que très peu ont apporté selon moi un contenu supplémentaire au débat. Quelques infos par ici et par là, mais surtout, beaucoup de citations extraites de l’émission et retranscrites sans valeur ajoutée et beaucoup de retweets.
  • Et encore une fois, encouragés sans doute par l’effet de groupe, twitter a servi d’exhutoire à des critiques, commentaires acerbes et autres traits d’humour relativement négatifs. Peu de tweets positifs sur l’intervention du président ressortent de mes lectures. Etait-il de bon ton de critiquer ce soir ? Est-ce que les défenseurs de Sarko ont été timides ? En tout cas, la lecture du fil #p2f offre un compte-rendu partiel et très subjectif de la soirée.
  • Est-ce que le live-tweet est un effet de mode ou une tendance de fond qui s’installe ? Allons-nous nous donner rendez-vous désormais sur twitter autour d’un mot-clé prédéfini et live-twitter régulièrement les événements importants ? Ou s’agit-il là d’une mode éphémère entre early-adopters qui découvrent et expérimentent les nouveaux usages des nouveaux outils de communication à leur disposition. Manifestement, la tendance semble indiquer une mouvement durable. Mais la question se pose alors : twitter avec frénésie à destination de gens qu’on ne connait majoritairement pas, ne risque-t-il pas d’éclipser l’échange avec ses proches et ses amis dans la vraie vie, et tout l’enrichissement que provoque le débat. Je ne veux pas juger trop vite, mais je pense qu’une grande partie a twitté de chez soi, confortablement installé devant sa télé. Du coup, je me demande qui, ce soir, serait sorti de chez lui suivre le débat avec des amis ? Et surtout regarder la télé d’une part et lire / twitter en même temps… est-ce que cela favorise l’écoute active d’une part ? et la communication au sein du couple d’autre part ? Avant, n’échangeait-on pas d’abord avec sa femme / son mari sur l’interview en cours, avant d’en parler à son voisin, et à fortiori à un inconnu situé je ne sais où en France. Les époques changent, certes, mais il faut prendre le temps de s’interroger et prendre du recul parfois.

Histoire de finir toutefois sur une note humoristique, je garde comme conclusion ce tweet de BoukerchaKarim qui m’a fait sourire : « #p2f Ce fut le meilleur épisode de Josephine Ange Gardien que j’ai vu. Des destins tragiques,un nain et une fin heureuse. »

Advertisements

8 commentaires

  1. Elodie la charmante est une bimbo de l’UMP
    http://www.lesindiscrets.com/article-8335-elodie-lepont-jubin-rare-temoignage-positif-sur-tf1-ce-soir.html

  2. La raison pour l’absence totale de twitts pro-UMP est simple: Sarkozy est l’ennemi d’internet, et Internet le sait bien.

    — @niczar

  3. Petites tables ronde, sujets survolés mais avec l’air entendu de celui qui s’y connaît (chiffres à l’appui), cris d’orfraie face aux drames personnels et banalités, interpellations par le prénom… à débat de comptoir, commentaires de comptoir ? 😉

    • @niczar : il est certain que cela joue, mais j’ai du mal à croire que ce soit la raison principale; Je ne sais pas s’il y a beaucoup de tweets positifs sur les politiques sur twitter, mais j’ai tendance à croire qu’on s’en sert avant tout pour exprimer son mécontentement, et trop rarement un avis positif. Un peu comme dans un journal, les faits divers négatifs retiennent plus l’attention que ceux positifs. N’a-t-on pas appris en marketing qu’un consommateur satisfait en parle à 3 amis, quand un client insatisfait évoque son souci auprès de 10 amis.

      @[Enikao] : sans doute, mais la pauvreté du débat n’empêchait de l’enrichir / contredire / valider ou infirmer dans les échanges sur twitter, comme ce fut la cas avec ton tweet sur les auto-entrepreneurs, ou celui qui refutait l’idée d’un bouclier fiscal en Allemagne.

  4. oui cela m’a énervée qu’il appelle certaines personnes par leur prénom et pas d’autres. mais si seulement il n’y avait que ça.

    mais que ce soit Sarko ou un autre, c’est pareil, pas un ne rattrape l’autre.

    comme l’a dit justement Apathie hier dans le Grand Journal de Canal, Sarko a été confrontée à la réalité, au quotidien de monsieur et madame tout le monde, mais pas uniquement en conséquence à sa politique mais après 30 ans de politique française.

    je ne suis plus spécialement de gauche ou de droite ou du centre. Je ne crois plus en aucun politique.

    Bref, pour revenir à Twitter, je trouve que c’est intéressant de voir l’avis des autres dans un tel débat. Il y a beaucoup de personnes « contre » Sarko mais il y en a aussi « pour », cela dépend de qui on suit.

    Intéressant article en tous cas !

  5. […] très honnêtement il devient difficile de suivre un événement à partir d’un simple hashtag (Laurent a testé), et surtout le taux de pollution (pas les plaisanteries, il en faut sans doute aussi, mais […]

  6. […] très honnêtement il devient difficile de suivre un événement à partir d’un simple hashtag (Laurent a testé), et surtout le taux de pollution (pas les plaisanteries, il en faut sans doute aussi, mais […]


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s