Super 8 : Des Goonies à ET, en passant par Alien, retour dans les années 80

Après Une Séparation, Minuit à Paris, Omar m’a tuer ou encore Kung Fu Panda 2 (bin quoi, c’est l’été), je continue ma fréquentation régulière des salles obscures. 5 films en 2 mois, ça ne m’était pas arrivé depuis longtemps. Dernier en date, Super 8, vu durant ce long week-end de 3 jours.

Et un grand plongeon réussi en arrière, au temps de ma jeunesse. Flashback

Le titre du film évoque le film super 8 crée par Kodak en 1965 pour les cinéastes amateurs. Autant dire que je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

L’histoire

Été 1979, dans une petite ville de l’Ohio. Alors qu’ils tournent un film en Super 8 (d’où le titre, tout se tient, vous voyez), un groupe d’adolescents est témoin d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Un pick-up se précipite vers un train de marchandise et cause son déraillement. Arrivant sur les lieux de l’accident, ils découvrent d’étranges cubes blancs ainsi que leur professeur de biologie, le Dr Woodward, qui les enjoint de ne jamais révéler ce qu’ils ont vu. Peu après, des disparitions étonnantes d’objets électroniques et de personnes se produisent en ville.

Inutile d’en dire plus, les curieux trouveront par eux-mêmes s’ils le souhaitent.

Le film se veut un hommage au cinéma des années 80. Et sur ce point c’est largement réussi. Que ce soient les références à Alien ou aux Goonies, voire à ET, ou l’ambiance et les scènes très 80’s – la scène où les armes tirent d’elles mêmes donne l’impression d’avoir été tourné avec les effets spéciaux de l’époque –  le blockbuster de l’été nous plonge avec une certaine efficacité dans un film d’une autre époque. Les effets spéciaux utilisées à bon escient pour la scène du déraillement du train, absolument spectaculaire, permettent de s’engouffrer dans l’histoire en même temps que le groupe d’enfants. Ensuite, le film donnera l’impression de n’utiliser que peu ces effets spéciaux qui abondent dans tant de films actuellement (pour preuve, il n’est pas en 3d), pour conserver plus d’authenticité. Cet équilibre, associé à une bonne mise en scène sans temps morts inutiles qui exploite parfaitement un scénario – efficace sans être génial, loin s’en faut – permet de nous offrir un divertissement frais et réussi. Rien ne part donc en « bibine totale » – désolé gossipandthecity, mais je partage pas ton point de vue : à l’image d’un grand classique – rencontre du 3e type, pour ne pas le citer – le spectateur aura une grande liberté d’interprétation sur les phénomènes paranormaux qui se déroulent et s’amplifient devant ses yeux au cours de l’histoire.

Le groupe de gamin est pour beaucoup dans la réussite du film : parfaitement interprétés – mention à Elle Fanning, formidable, les différents membres de la bande de copains nous évoquent que forcément quelque chose de personnel. Leur insouciance et leur humour font mouche tout au long du film. Et JJ Abrams nous apporte surtout la preuve qu’il n’est pas besoin de scène de sexe, de meurtre ou de violence gratuite pour faire un bon film. Là encore – désolé gossipandthecity – mais l’histoire d’amour prépubère existe dès le début du film (la tête du gamin quand il apprend qu’Alice va jouer dans le film ne laisse aucun doute sur ces sentiments) et elle grandit progressivement par des regards, des mots rassurants entre ados élevés sans leurs mères, sans pour autant jamais se concrétiser. Et c’est justement ça qui fait du bien au spectateur, dispensé de la sempiternelle scène du baiser qui n’aurait pas collé avec le reste du film.

L’autre clé du film tient aussi à l’univers dans lequel se déroule l’action : Abrams nous plonge dans un petit village où chacun se connaît, où le shérif fait la loi et représente l’autorité morale, où les jeunes se retrouvent au fast-food local comme certains autres au Central Perk… Nous voila bien éloigné des grandes villes. Là on sait qu’on évitera la destruction du capitole façon Indépendance Day, et c’est tant mieux.

Seul bémol, car il en faut bien un – et JJ Abrams n’y est pas étranger – c’est que sa patte « lost » parfume un peu trop le film : ainsi, la chose mystérieuse n’est qu’une ombre, furtive, rapide et méchante… un peu comme dans la série. Et surtout, elle n’est pas sympathique, ce qui fait qu’on se fout complètement de savoir ce qu’il peut lui arriver. Ce qui n’était pas le cas avec ET. Et ce qui ne me semble pas pertinent dans le monde des enfants dont il nous parle.

Bien meilleur que ne le laissait présager la bande-annonce d’ailleurs, Super 8 est, au final, un blockbuster différent qui mérite le détour, et nous donne envie de repartir au collège,  d’être insouciant, de refaire des projets de gosse et de chasser des trésors et des monstres.

Je lui mets donc un super 8 … sur 10 !

Publicités

2 commentaires

  1. Bouuuuuuh!!!!!! Ils tombent clairement amoureux, quoi surtout lui, dès le début du film, mais le courage décuplé à 20 minutes de la fin pour sa douce, et le fait qu’il parle à l’extra-terrestre, merci bien! Mais en effet, la vision 80’s du film, je ne l’avais pas vu comme ça, mais c’est une approche défendable! 😉

    • Mais justement : lui est amoureux pas elle.. pas au début, pas tout de suite. Sauf qu’elle apprécie son avis, son regard sur son jeu d’actrice, ses encouragements… et comme à cette âge là,on est timide, maladroit, ça met du temps, ça passe par les copains, etc… il leur faut bien un film pour s’en rendre compte. Et ce côté « décuplé », je le vois plus comme un côté « insouciant », un rapport plus léger au risque, à la peur, à la mort…surtout quand ton père est un peu paumé et que tu te débrouilles seul. Merci d’avoir jugé mon approche …défendable 😉


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s