Bizarreries en ovalie

Le monde de l’ovalie est en ébullition depuis une semaine, depuis que la Coupe du Monde a débuté en Nouvelle-Zélande.

Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle conduit à des situations sinon étranges, en tout cas surprenantes. Entre choix des sélectionneurs, conflits d’intérêts et petites phrases, il semble que quelque chose ne tourne pas rond. Normal me direz-vous au pays du ballon ovale.

Pour preuve, l’épisode Doussain de ce matin. Anecdotique sans doute … ou pas !

 

Lièvremont nous avait déjà surpris à plusieurs reprises, en laissant Jauzion et Poitrenaud en France par exemple, en choisissant un Barcella à court de forme plutôt qu’un Marconnet sérieux, volontaire et loin d’avoir démérité durant la préparation… Mais être entraineur c’est faire des choix. Et comme la France compte 60 millions d’entraîneurs, je voudrais essayer d’éviter ce travers.

Et puis, ce matin, après que Skrela (à qui je souhaite bon rétablissement) se soit fait hara-kiri lors du match contre le Japon, le staff des bleus nous annonce que Jean-Marc Doussain est appelé pour le remplacer. Une annonce qui tombe un mercredi matin.

Et là, même si je suis Toulousain, même si j’adore Doussain, même si tout ce que vous voulez… je me pose des questions.

Que Lièvremont qui a aligné depuis presque 2 ans Rougerie au centre, de façon concluante d’ailleurs, le passe à l’aile pour le match contre le Canada, alors que l’équipe manque de repère, ça peut sembler une drôle d’idée. Mais comme Mermoz se blesse généralement aussi vite que Skrela, Rougerie retrouvera vite le centre de l’attaque.

Mais qu’il appelle un mec qui joue demi de mêlée – de façon brillante – avec le Stade Toulousain, pour remplacer un « 10 » de formation, je reste sceptique. Entendons-nous bien : je ne doute pas de la qualité et de la polyvalence de Doussain, qui bien que néophyte sous le maillot bleu, brille en demi d’ouverture et capitaine chez les moins de 20 ans. Et je suis ravi pour lui. Mais franchement, Wisniewski m’aurait semblé plus logique sur ce coup là.

Surtout qu’en appelant Doussain, le staff de l’équipe de France prive le Stade Toulousain de son demi de mêlée titulaire, à peine 48h avant un match. Novès déjà privé de Vergallo et Burgess (coupe du monde) et du petit Bezy (blessé) a donc été contraint de demander à Elissalde, retraité depuis 16 mois et entraineur des lignes arrières, de rechausser les crampons (bon, là, clairement, les supporters toulousains ne vont pas se plaindre). Et manifestement, ce n’est pas de gaité de coeur

«Même s’il s’est toujours entretenu et qu’il a de l’expérience, il fait cela au risque d’une grave blessure. Pour quelqu’un qui a arrêté le rugby depuis deux ans, cela peut être dangereux».

Et pour agiter un peu plus le landerneau médiatico-rugby, des petites phrases fusent « j’aurai aimé que Doussain arrive plus tôt » se plaint Lièvremont quand Novès retient son joueur pour le match de vendredi. Réponse de l’intéressé « j’ai demandé au staff s’ils comptaient l’utiliser contre le Canada et ils m’ont dit non ». Si les médias se nourrissent de ces sorties, elles témoignent sinon d’un problème de communication, en tout cas d’un souci d’organisation.

Un épisode symbolique des incohérences actuelles

D’un côté, les clubs qui paient les joueurs, investissent, construisent une équipe, vont devoir jouer 1/3 du championnat sans leurs meilleurs éléments. S’il est vrai que Toulouse peut aligner entre autres – et excusez du peu –  Nyanga / Doussain / Mc Alister / Jauzion / David / Poitrenaud sur une feuille de match actuellement et l’emporter face au Métro Racing, Biarritz de son côté a déjà perdu 3 matchs et pourrait connaître une saison bien plus difficile par la suite. On verra bien, mais le début de championnat me semble déjà faussé. Et à l’arrivée, le manque à gagner peut s’avérer significatif. Surtout si parmi ceux qui restent, certains venaient à se blesser.

Je partage naturellement l’idée que le maillot bleu, surtout l’année d’une coupe du monde, est une priorité. Mais alors, ne pouvait-on pas aménager bien autrement le calendrier ? Le foot tant décrié par ailleurs avait réussi à terminer ses 38 journées de championnat avant la coupe du monde… Pourquoi le rugby n’arrive toujours pas à gérer ce problème de doublons lors du Tournoi des 6 nations ou de la coupe du monde ?

Appeler le demi de mêlée d’un club qui n’en a plus qu’un, est-ce raisonnable, surtout pour remplacer un numéro 10 ? Surtout si on se dit que Doussain va arriver mardi, avec le décalage horaire dans les gencives, sans connaître le système de jeu des bleus et que la première rencontre pourrait être, pour lui, un match de poule face … aux All-Black.

A l’inverse de certains, je ne suis pas choqué que la FFR ne parvienne pas à imposer une mesure d’urgence à un club quand nous avons Trinh-Duc et Traille qui peuvent officier en 10 en Nouvelle-Zélande, et que la convocation d’un joueur tombe en milieu de semaine. Surtout que La FFR ne semble pas capable, à l’inverse, de déplacer un match pour aménager le calendrier d’un club privé de joueurs.

J’aurai pu aussi vous parler de la nomination de Saint-André à la place de Lièvremont, avant le début de la coupe du monde, mais après le début du championnat… Tout ce que les rugbymen avaient déploré autour de l’annonce de la succession de Domenech,  la FFR l’a refait.

Bref, il existe en ovalie des bizarreries à l’image du rebond du ballon. Et à mon avis, ce n’est pas fini.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s