Mon hommage à Dominique Baudis

Ca fait longtemps que je n’avais pas écrit… et je suis presque surpris de la faire pour évoquer la disparition de Dominique Baudis. Comme si je n’avais pas eu d’autres sujets ni d’autres opportunités de le faire avant. Manque de temps… le prétexte facile !

Mais en apprenant la disparition de Dominique Baudis aujourd’hui, mon coeur toulousain et mon âme citoyenne ont été sincèrement attristés.Dominique_Baudis_devant_le_Parlement_européen

De 83 à 2001, il a été MON maire. Certains diraient que je suis né sous Giscard. J’ai surtout l’impression d’avoir grandi sous Baudis. Il a incarné Toulouse pendant près de 20 ans, lui donnant force, vigueur, dynamisme, couleur. Il a rénové la ville, ses façades, ses places, son économie et permis l’arrivée du métro à Toulouse. Il a porté haut les couleurs à la fois rose, rouge et noire, ou violette, de cette ville que j’aime tant.

Dans un paysage politique décrédibilisé, peu d’hommes et de femmes ont réussi à mes yeux à incarner l’engagement politique aussi sincèrement, de façon aussi brillante, et avec autant d’intégrité qu’il ne l’a fait. Sans doute qu’un certain chauvinisme toulousain me rend un peu partial dans mon jugement. L’hommage unanime qu’il reçoit me laisse à penser que je ne suis pas le seul à le penser.

Journaliste, reporter, maire, président du CSA, de l’Institut du monde Arabe, il avait vécu plusieurs vie avant d’être nommé défenseur des droits de l’homme par Nicolas Sarkozy en 2011. Un poste à l’image de l’homme qu’il était, un ardent et infatigable défenseur de l’être humain et des valeurs de la République, dont il aura été un fidèle serviteur.

Après Nougaro, Toulouse se sent à nouveau orphelin…

Publicités

Cachez ce timbre que je ne saurai voir !

Diantre, la nouvelle Marianne sur nos chers (et bientôt encore plus chers) timbres est inspirée de la meneuse des Femen, Inna Shevchenko.

Une polémique inutile de plus à venir. Du pain béni pour nos chers humoristes ! Et peut-être un message qu’il faudrait entendre.

Lire la suite

Franchement, t’avais vraiment besoin de ça, Nikola ?

L’affaire des paris sur le match de handball Cesson – Montpellier,  qui aura conduit à l’interpellation de plusieurs joueurs et en particulier la star Nikola Karabatic, aura fait la une des médias ce week-end. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Après l’émotion, c’est l’incompréhension. En quelques semaines, l’un des sportifs les plus emblématiques de son sport, qui jouissait en plus d’un capital sympathie immense dans l’opinion publique, voit son image sérieusement ternie. Et c’est même tout son sport qui risque, bêtement, d’en pâtir.

Tout cela en valait-il vraiment le coup, Nikola ?

Lire la suite

J’ai testé le Twizy Renault

Grâce à une invitation de l’irremplaçable Fanny Bouton, j’ai eu la chance de tester le Twizy Renault. Rendez-vous avenue de la Grande Armée ce vendredi soir – et sans surprise, je retrouve quelques journalistes et geeks habitués des Fanny’s Party.  Quelques minutes d’attentes à peine – très bonne organisation de Renault – et me voici au volant de la bête.

Lire la suite

La Redoute m’habite …

Le premier fail de l’année 2012 est signé La Redoute qui a laissé passé – pour illustrer un tee-shirt pour enfant – la photo d’un groupe d’enfants courant sur la plage… avec un homme nu en fond sortant de l’eau.

Il n’en fallait pas plus à la toile pour s’en amuser.

Alors, fail ou buzz bien organisé ?

Lire la suite

Cet été, le sport retrouve ses vraies valeurs

Ce début d’été a été marqué pour moi par le retour des vraies valeurs du  sport, galvaudées et mises à mal par certains, à travers deux exemples frappants et forts sympathiques : le succès du foot féminin d’un côté, le maillot jaune de Thomas Voeckler de l’autre.

Chacun à leur manière, ces deux événements, actuellement au coeur de l’actualité médiatique, remettent le sport – le vrai – au centre du débat, éclipsant les sujets extras-sportifs qui souvent l’empoisonne.

Lire la suite

Faire couler l’encre… pour l’eau potable

22 mars, journée mondiale de l’eau. Ce matin, en écoutant la radio, je ne me souviens pas en avoir entendu parler. Ou alors, si, par le biais des auditeurs à qui on donnait la parole pour savoir s’ils économisaient de l’eau en se lavant les dents, et s’ils savaient combien ils payaient leur eau potable… en les faisant parler d’eux et de leur quotidien.

Autant dire qu’entre le Japon et ses centrales, Khadafi et ses folies, Haiti qu’il ne faut pas oublier, les cantonales dont tout le monde se fout si ce n’est Marine – et ce n’est pas parce que le pays prend l’eau qu’il faut appeler la Marine à la rescousse – ou le retour de Ribery et Evra en équipe de France, il y avait des informations plus importantes que la journée de l’eau ce matin.

Lire la suite